contre le saccage des Pays du Buëch par les industriels du vent
SIGNEZ LA PÉTITION EN LIGNE

jeudi 13 février 2020

PPE 2019-2028 = Plus de Pognon pour l'Eolien ?

La consultation publique de la Programmation Pluriannuelle de l'Energie 2019-2028 est en ligne sur le site du ministère de la transition écologique et solidaire (cliquer sur ce lien). Elle se terminera  le 19 février prochain.
Malgré tous les avis négatifs qui remettent en cause l'objectif de plus que doubler le nombre d'éoliennes (1) qui ruine notre environnement et notre modèle français de production d'électricité (l'un des plus vertueux au monde en terme d'émission de CO2), le tandem Borne/Wargon est bien décidé à mener à terme sa funeste besogne.
Le 15 janvier dernier 25 fédérations et associations nationales et régionales ont déposé une proposition de programme alternatif à celui du gouvernement.
En effet, comment ne pas relever les incohérences du document gouvernemental qui prétend :
- réduire les émissions de gaz à effet de serre alors qu'il s'attaque à la production d'énergie électrique (déjà décarbonée à 95 %) qui ne représente que 25% de notre consommation énergétique totale. Mieux vaudrait s'attaquer à fond aux 75% qui posent problème comme par exemple le transport, la construction, l'industrie lourde, le chauffage, secteurs les plus pollueurs !
- réduire fortement la consommation finale d’énergie alors que presque partout dans le monde la consommation d'énergie est en hausse et que notre pays a un besoin impérieux de se réindustrialiser !
- porter la part des énergies renouvelables à 33 % alors que seule l'hydroélectricité de nos barrages que l'on veut privatiser et qui représente 50% du renouvelable (et à un degré moindre la géothermie) est pilotable. le reste (éolien, photovoltaïque) a un rendement ridicule, est intermittent et nécessite des centrales thermiques à gaz, au fioul ou au charbon émettrices de CO2 en parallèle !
- réduire la part du nucléaire dans la production d’électricité à 50 % alors même que le dernier rapport du GIEC reconnaît que c'est la source énergétique neutre en carbone qui permettrait de lutter efficacement contre le réchauffement climatique !
Notons en plus que nos grands stratèges technocrates prévoient de diviser par 2 les subventions à la filière hydrogène (50 millions d'euros au lieu de 100 !) alors qu'ils gaspillent des milliards en faveur des promoteurs éoliens, souvent étrangers, pour qui la France est un eldorado. (voir notre article du 11 mai 2015)

cliquez ici pour enregistrer votre message

NOUS DEMANDONS A TOUS LES CITOYENS RESPONSABLES QUI VEULENT PROTÉGER LEUR ENVIRONNEMENT ET NOTRE INDÉPENDANCE ÉNERGÉTIQUE DE METTRE UN COMMENTAIRE SUR LE SITE DU MINISTÈRE AVANT LE 19 FEVRIER (CLIC SUR LE LOGO CI-DESSUS) POUR DIRE NON AUX ÉOLIENNES INDUSTRIELLES ET NON A LA POLITIQUE ÉNERGÉTIQUE ÉLECTRIQUE QUE CE GOUVERNEMENT VEUT IMPOSER AU DÉTRIMENT DES CITOYENS.

(1) voir la récente position du Président de la République (notre article du 16 janvier) ou la déclaration de la rapporteure de la commission d'enquête parlementaire (notre article du 22 octobre 2019). ou encore les déclarations d'élus nationaux (notre article du 19 avril 2019)

Encore aujourd'hui 27 députés viennent de déposer une proposition de Loi n° 2571 "pour un développement responsable et durable de l'énergie éolienne" dont l'article 1 consiste en un moratoire de 3 ans sur l'installation de nouvelles éoliennes afin de prendre le temps de la réflexion.

Des personnalités comme le philosophe Alain Finkelkraut, l'animateur Stéphane Bern, le sociologue Jean-Pierre Le Goff se sont associés à la pétition  "Monsieur le Président de la République, mettez un terme à l'implantation des éoliennes" Nous vous invitons à apposer votre signature sur cette pétition qui a déjà recueilli des milliers de signatures.

Le 6 février, le site du quotidien La Croix pourtant réputé pour être mesuré dans ses analyses et ses propos titrait : "Transition énergétique : Gaspillage financier du gouvernement pour les éoliennes terrestres"

 Alors que les tares congénitales de l'éolien industriel et son influence mortifère sur notre politique énergétique est maintenant reconnue par (presque) tous, il serait temps, avant que l'exaspération dans nos territoires ruraux se radicalise, que nous soyons enfin écoutés !