vendredi 13 février 2015

Sommes-nous enfumés par les éoliennes géantes?

Jean Germain, sénateur PS d'Indre et Loire et vice-président de la commission des finances du Sénat s'est fendu d'une longue tribune le 29 janvier dernier.

Il est réconfortant de constater qu'il y a encore des élus en France qui , après réflexion et analyse, remettent en cause la folie de l'éolien industriel sur notre territoire national :

 "Il a été avancé qu’il fallait faire preuve de volontarisme. En soi, cette approche n’est pas incompatible avec une approche raisonnée. Mais l’arrivée massive de subventions, à travers un tarif de rachat obligatoire financé par les factures d’électricité, a conduit à évacuer la réflexion sur la pertinence de l’implantation des éoliennes. Une forme de productivisme, consistant à vouloir implanter le plus possible d’éoliennes industrielles, est devenue une fin en soi. Cette démarche est défendue par des lobbyistes hauts de gamme qui cajolent les pouvoirs publics et que s’offrent les promoteurs éoliens grâce à la manne financière dirigée vers eux et aux seules fins de la conserver le plus longtemps possible. La contrepartie qu’ils offrent est-elle réellement examinée ? Elle consiste en des mots : bonne conscience de faire reculer le nucléaire ou d’agir pour le climat, emplois créés,fiscalité mise au service du monde rural."

Cette prise de position est d'autant plus remarquable que la mode actuelle est davantage de céder au lobbying intensif des industriels du vent (voir par exemple la lettre de France Énergie Éolienne).

Manuel Valls et Ségolène Royal viennent encore aujourd'hui d'en donner l'exemple en allant faire allégeance aux industriels et leurs revendications démesurées lors du 16ème colloque du Syndicat des Énergies Renouvelables. Quant aux députés, il viennent d'adopter le 6 février dernier l'article 28 de la Loi Macron qui permet au gouvernement  de réformer le droit de l'environnement par voie d'ordonnances.

lire la tribune du sénateur Jean Germain dans son intégralité



1 commentaire:

Anonyme a dit…

A faire lire et apprendre par coeur à tous les petits maires qui s'apprêtent à vendre nos montagnes à quelques industriels contre l'avis (et la vie) de la population