dimanche 4 juin 2017

Le Maire de Saint-Julien-en-Beauchêne, rejoint le clan des saccageurs de territoires !

C'est un grand classique auquel nous ont habitués nos petits maires du Haut-Buëch : vendre nos territoires de moyenne montagne aux promoteurs éoliens en espérant en retirer le maximum de profits financiers. Le maire de Saint Julien rejoint en cela ses comparses de la Haute-Beaume et de Montbrand qui tendent leur sébile au canadien Boralex et son projet de six éoliennes sur la Montagne d'Aureille (voir le Dauphiné du 31-05-2017).  Car ne nous y trompons pas, seul l'argent motive ces édiles locaux, dont la préoccupation démocratique et citoyenne occupe chez eux autant de place que la production électrique éolienne dans notre mix énergétique (cf article du 12-01-2016) !

Hélène Saletti, présidente de l'association Défense de l'Environnement de la Vallée du Haut Buëch, membre du collectif 05 contre l'éolien industriel dans les Hautes-Alpes, témoigne (voir aussi le Dauphiné du 01-06-2017) :
Suite à l'annonce à l'ordre du jour du Conseil Municipal du 31 Mai de la commune de Saint Julien en Beauchêne, de la mise en valeur de certaines parcelles communales -projet éolien, rendez-vous a été pris par les opposants à ce projet à la mairie de Saint Julien. La salle du conseil n'est pas bien grande et c'est assis sur des chaises ou par terre ou bien debout que les habitants et voisins de la commune ont assisté à ce conseil.
Conseil Municipal de Saint-Julien
photo Antoine Barles
L'ordre du jour s'est déroulé dans le calme, malgré une certaine nervosité due à une interview du Maire parue le jour même dans le Dauphiné Libéré, qui déterminait que "les gens hostiles à ce projet sont en fait hostiles à la nouvelle municipalité" jusqu'au moment ou le projet de la municipalité -projet éolien- a été abordé. La tension a monté, et dans un premier temps le maire a annoncé qu'il ne donnerait pas la parole au public, puis certains conseillers ont demandé que le débat puisse avoir lieu avant le vote ce qui a été refusé par le maire et la majorité des conseillers; il a semblé quasi certain que la décision était votée d'avance; il est à noter une belle résistance de deux conseillers qui ont essayé de lancer une discussion à laquelle le maire et les autres conseillers se sont refusés; la seule chose qui ait été comprise de l'assistance c'est la motivation des élus favorables : l'argent ! A la question de savoir combien le Maire pouvait en espérer, la réponse est restée floue : les loyers ? cela dépend de l'offre du promoteur; les taxes ? cela dépend d'une éventuelle décision de rétrocession d'un pourcentage, validée par un vote à la majorité de la communauté de Communes Buëch Devoluy, qui du fait de sa fiscalité est à même de percevoir toutes les taxes (IFER, CVAE, CFE); la taxe foncière ? Seule celle sur les propriétés bâties est exigible dans le cas des éoliennes et n'est bâti.....que le mât !
On apprendra quand même que le maire envisage 8 éoliennes mais dont il ne sait pas ce que cela rapportera !
Malgré toutes ces inconnues l'appel à projet éolien est voté par 9 voix pour (6 présents 3 pouvoirs) et 2 voix contre (2 présents). Quant à juger de la légalité de cette décision ? La communauté de Communes Buëch-Devoluy est seule compétente en matière d'Énergies Renouvelables... A suivre !
A la fin du conseil, la parole a été laissée au public du village prioritairement; certains conseillers discutaient entre eux, une était même partie... c'est dire dans quel esprit démocratique évolue notre village !!
Au final, du projet on ne saura que ce que les deux conseillers qui s'y opposent ont bien voulu dire par leurs interrogations au Maire, le document ayant été remis aux élus étant semble t-il confidentiel et le Maire n'en ayant rien dit. On n'en saura pas plus au moment de la prise de parole par le public. Pas d'information, pas de débat, le mépris du public. Une seule information : le conseil municipal a voté un "appel à projet éolien".

A noter  la présence de 2 représentants de la LPO départementale venus soutenir les opposants à l'appel à projet et témoigner des nuisances des aérogénérateurs géants pour l'avifaune. Enfin il faut saluer la prise de position de Benoît Bauchau, agriculteur éleveur sur la commune, envoyée au maire, et qui devrait faire écho chez tous les exploitants et propriétaires terriens du département :

Monsieur le maire,
Je me sens particulièrement visé par votre article du 31 mai paru dans le Dauphiné Libéré dans lequel vous déclarez : « parfois on doit penser à la collectivité plutôt qu’à son patrimoine personnel ». En effet je suis propriétaire de 200 ha autour du Clos du Seigneur, l’un des site choisi pour votre projet d’éoliennes industrielles.
Arrêtez de brasser du vent pour rien !
Ce projet ne peut voir le jour sans mon accord pour ce qui est des accès au site! Ce site « le Clos du Seigneur » est une zone exceptionnelle car zone pastorale, pour laquelle j’ai une convention pluriannuelle de pâturage, ce que vous semblez ignorer, et non une zone non agricole comme vous laissez miroiter à « vos » promoteurs. Un berger et son troupeau (600 bêtes et 3 propriétaires) l’entretiennent sereinement pendant 4 mois autour d’une cabane pastorale faite par la commune. Votre projet éolien est insensé ; il est dévastateur pour le site: plateformes, et surtout pistes d’accès de 6 m de large (bande de roulement) depuis le village (6 kms).
Monsieur le moralisateur, où est l’intérêt général face à un tel désastre paysager ? NON ! Je ne sacrifierai pas ce site pour quelques milliers d’euros pour la commune (et pour moi). Concentrez votre énergie pour des projets plus humbles pour la commune : panneaux solaires, valorisation du lotissement, routes communales (très dégradées). Ce n’est pas un « job » dévalorisant, c’est le vôtre ! Sachez une fois pour toute, que je ne sacrifierai pas un site comme le Clos du Seigneur pour des intérêts mercantiles.
Cordiales salutations.

Aucun commentaire: