vendredi 15 mai 2015

BORALEX MISE SUR LA FRANCE POUR GONFLER SA CROISSANCE

La multinationale canadienne qui porte le projet de saccage du Haut Buëch (La Haute-Beaume, Montbrand) affiche clairement ses objectifs: faire le maximum d'argent en surfant sur l'effet d'aubaine que constitue le programme français de transition énergétique et ses très généreuses conditions financières (voir notre article du 11 mai).

Le site canadien ledevoir.com introduit ainsi son article : "Après l'Amérique du Nord au cours de la dernière décennie, c'est maintenant vers la France que se tourne BORALEX afin d'asseoir sa croissance. "
En précisant que BORALEX est devenu le troisième  producteur éolien en France, on apprend que le président, Patrick LEMAIRE a bien l'intention de profiter des ambitions du gouvernement français dans le secteur éolien.
On apprend également sur le site canadien que pour le premier trimestre 2015, les profits de BORALEX ont bondi de 26,6 %, à 10 millions $, un résultat qui reflète notamment l’acquisition d’Enel Green Power, industriel italien opérant en France.

Le quotidien français LA VOIX DU NORD pour sa part titrait il y a peu (édition du 2 avril 2015) : "BORALEX VEUT DEVENIR UN GEANT DE L'ÉOLIEN FRANÇAIS".
Dans les colonnes du journal nordiste, Patrick DECOSTRE, déclarait : "l'objectif global est une croissance annuelle de 15%" et d'ajouter " Avec la transition énergétique, il va y avoir beaucoup d'investissement dans le secteur"  en reconnaissant aussi que le marché nord-américain était devenu moins rentable pour les énergies renouvelables.
Le Directeur Général de BORALEX, tout en se désolant qu'"en France les projets mettent six à huit ans pour aboutir, contre deux à trois ans dans d'autres projets en Europe", il se réjouit qu' "un choc de simplification devrait arriver avec la loi Macron ..."

Avec 52% de son activité réalisée maintenant en France (contre 48% outre atlantique), Monsieur DECOSTRE peut d'autant plus se réjouir que le gouvernement de Monsieur Hollande, outre la Loi Macron qui vise à empêcher les recours contre les industriels de l'éolien, va également faire voter la Loi Royal, ramenant la distance minimale des éoliennes à 500 mètres de nos habitations, et la Loi Cazeneuve faisant de nos associations contre les éoliennes industrielles et de nos adhérents de dangereux terroristes menaçant la République...
Nous, les citoyens ordinaires, on avait plutôt l'impression que c'était le lobbying intensif de ces industriels, la complaisance coupable de certains ministres et élus nationaux, l'incompétence non désintéressée d'une partie de nos élus locaux qui mettaient à mal notre République ...



Aucun commentaire: